À l’appel des syndicats et de la FCPE 56 (Fédération des conseils de parents d’élèves) ils étaient 300 ce samedi à manifester dans le centre de Lorient contre le Choc des savoirs et la dégradation des conditions de travail.

Cette réforme du Choc des savoirs voulue par Gabriel Attal ne passe pas ni chez les enseignants, ni chez les parents d’élèves. Le point noir étant la création de groupes de niveaux en français et mathématiques. Les syndicats ne croient pas que cette réforme puisse faire progresser les élèves en difficulté saufs à les stigmatiser.

La mobilisation va se poursuivre au travers d’assemblées générales à partir du 6 mai, l’objectif étant de préparer une grève nationale reconductible.

« Cette réforme constituerait un véritable tri social des élèves, les plaçant dès la classe de sixième dans des groupes “forts, moyens et faibles”, particulièrement stigmatisant »

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter